fbpx

De meilleurs entraînements

Lorsque le club se développe, il a besoin de plus de coachs. Ceux-ci ou celles-là ne sont pas toujours faciles à trouver – ou à garder pendant une longue période. Il existe différentes raisons qui peuvent empêcher une personne d’assumer une fonction de coach. Ces raisons dépendent toutefois de la situation dans laquelle se trouve la personne. C’est pourquoi il est important non seulement de proposer plusieurs solutions, mais aussi de demander explicitement de quel type de soutien quelqu’un·e a besoin. Manque de temps, d’argent, d’expérience… ?

Formation

Formation Swiss Ultimate pour les entraîneur·euse·s

Les formations pour les entraîneur·euse·s et les formations continues de la SUA ouvrent la porte à des connaissances approfondies sur l’ultimate, à de nouvelles méthodes de transmission et à des connaissances scientifiques en matière d’entraînement. Les principes tactiques, les détails techniques, les conditions physiques et le SOTG sont analysés et discutés en détail. Ainsi, le cours de base convient aux nouveaux·elles coaches mais aussi aux personnes expérimentées qui s’intéressent à des réflexions plus approfondies et à de nouvelles méthodes d’enseignement.

Ici vous trouverez toutes les informations sur la formation pour les entraîneur·euse·s de Swiss Ultimate.

Documentation

Formation Swiss Ultimate

Lors de la formation, des documents détaillés sont distribués pour l’enseignement des bases dans les domaines de la technique, de la tactique, du physique, de l’esprit du jeu et de la force mentale. Des recommandations et des concepts relatifs à la sécurité, à la planification de l’entraînement et à d’autres thèmes sont également abordés dans des documents supplémentaires.

Certains de ces documents sont disponibles publiquement. Ils offrent d’une part un aperçu de la formation et peuvent également constituer des apports précieux pour améliorer la qualité, la compréhension et la sécurité de l’ultimate. D’autres documents sont à la disposition exclusive des participant·e·s à la formation.

Lien vers le téléchargement de la formation : https://cloud.ultimate.ch/index.php/s/oc1Ll1zckYe9KG3

Trucs et astuces

Comment planifier un entraînement ?

Il s’agit d’une proposition de planification d’entraînement. Il est également possible d’organiser sa planification de manière individuelle ou adaptée à l’équipe. Mais cela vaut la peine de mettre en place une structure de base, afin de ne pas devoir y réfléchir à chaque fois.

Un entraînement devrait commencer par une brève introduction. Celle-ci consiste en une salutation et éventuellement en une information à l’équipe. Il convient de répandre soi-même la motivation et la joie afin d’influencer positivement l’ambiance générale. Ensuite, il y a l’échauffement. Qu’il soit plutôt classique ou plutôt ludique, il doit aussi donner envie aux participant·e·s d’e faire plus. Viennent ensuite les thèmes d’entraînement. Selon la durée de la formation et la longueur des thèmes, il peut y avoir un, deux ou trois thèmes. Les participant·e·s auront du mal à en retenir davantage. Ensuite, il devrait y avoir une forme de jeu. Il peut s’agir d’ultimate à 7 contre 7 ou en petits groupes. A la fin, il devrait y avoir un au revoir avec une conclusion valorisante.

Il faut toujours analyser ses entraînements après coup afin d’apprendre soi-même de ses propres expériences. Cela suit alors un principe de base simple : planifier, exécuter, évaluer. Et ensuite, avec les expériences acquises, on passe à la planification suivante 🙂

Comment planifier une saison ?

La première chose à faire est d’évaluer la situation actuelle. Qui fait partie de l’équipe ? Où en sommes-nous en tant qu’équipe ? Où en sommes-nous en tant que joueur·euse·s ? Quels changements sont prévus ? Etc. Ensuite, il faut fixer un objectif (réaliste) pour la saison. Si cet objectif est fixé dans le temps (p. ex. un objectif pour les championnats suisses), la planification se fait à partir de là et à rebours. On détermine ensuite le chemin à parcourir pour atteindre l’objectif. Il faut alors se demander de quelles ressources temporelles, personnelles, infrastructurelles et matérielles on dispose sur ce chemin. Est-ce que presque tout le monde vient toujours à l’entraînement ? Avons-nous toujours un terrain d’entraînement ? Combien d’entraînements par semaine avons-nous ? Etc.
Sur le chemin vers l’objectif, il faut tenir compte du fait que tous les aspects doivent être entraînés (physique, technique, tactique, esprit du jeu et force mentale). Selon l’équipe et la saison, l’accent peut être mis sur l’un ou l’autre. Il faut également tenir compte du fait que les gens ont besoin de temps de récupération. Après les tournois et les week-ends d’entraînement, il faut compter 2 à 3 jours de repos. Avec ces informations, il est possible d’établir un plan approximatif pour savoir quand et quoi s’entraîner. Il faut tenir compte du fait que certains thèmes se suivent et qu’ils doivent donc être traités dans l’ordre (par exemple, il est judicieux d’entraîner la passe suivante si la passe précédente a déjà été entraînée). Dans la planification, il faut absolument laisser de la place pour les changements de plan, les répétitions et les imprévus, afin d’éviter le stress pour soi-même en tant qu’entraîneur·euse et pour l’équipe – même si cela signifie que l’on doit peut-être laisser tomber une tactique cette saison.

Comment rendre les entraînements plus efficaces

En principe, on peut obtenir le maximum de performance en réduisant au minimum le temps d’attente. Cela peut se faire à différents niveaux :

  • Explications : Autant que nécessaire, mais aussi peu que possible.
  • Dans les exercices, autant de participant·e·s que nécessaire, aussi peu que possible. Cela permet de réduire le temps d’attente entre les joueur·euse·s
  • Adapter les formes de jeu de manière à ce que le plus grand nombre possible de personnes soit impliqué. Souvent, les matchs 3 contre 3 ou 4 contre 4 sur des terrains plus petits sont plus efficaces, car plus de personnes sont impliquées activement dans le jeu.
  • Adapter éventuellement les règles du jeu de manière à éliminer les temps d’attente (p. ex. jeu continu sans pull ni changement de côté)
  • Maintenir des transitions courtes d’une partie à l’autre ou d’un sujet à l’autre et les annoncer clairement (par exemple, “2 minutes de pause pour boire”, puis annoncer quand il ne reste plus qu’une minute et quand il reste 30 secondes).
Motivation en baisse

Laisser tout le monde s’exprimer au sein de l’équipe. Pour atteindre des objectifs, il faut une équipe et pour une équipe, il faut des individus. Les objectifs doivent être discutés et élaborés en équipe. Plus les individus s’identifient à l’objectif, plus la motivation a tendance à être élevée. En cas de problèmes de motivation, il vaut la peine d’agir le plus rapidement possible. Souvent, le temps est mieux utilisé si l’on résout le problème de motivation plutôt que de s’entraîner. En effet, si l’on parvient effectivement à le résoudre, les entraînements ou les tournois suivants seront également meilleurs.

Des entraînements efficaces avec peu de participant·e·s

A l’ultimate et dans de nombreux autres sports, les entraînements avec peu de participant·e·s sont encore considérés comme une mauvaise condition préalable, alors qu’ils ne doivent pas l’être. Il existe une multitude d’exercices et de formes de jeu que l’on peut faire avec 4 à 6 participant·e·s. Cela peut même être un avantage, car on peut mieux encadrer les joueur·euse·s, par exemple lors d’un exercice de lancer. De plus, il est facile de jouer 2 contre 2 ou 4 contre 4 sur des terrains plus petits ou avec d’autres règles de jeu. Il arrive même souvent que l’on apprenne nettement plus dans les petites équipes que dans un 7 contre 7 (on est beaucoup plus souvent impliqué activement dans les petites équipes que dans les plus grandes – dans un 7 contre 7, il y a un disque pour 14 personnes, dans un 3 contre 3, il y a un disque pour 6 personnes…). La condition de base pour un entraînement attrayant est de rester soi-même motivé·e. Pendant l’entraînement, on peut veiller à faire suffisamment de pauses, car les personnes ont tendance à être plus sollicitées que lors d’un entraînement avec plus de participant·e·s.

0
Wir verwenden Cookies und Analysetools, um die Nutzerfreundlichkeit der Internetseite zu verbessern. Weitere Informationen finden Sie in unserer DatenschutzerklärungCookies deaktivieren